Un mot blessant, une réaction inattendue ou la gestion du quotidien sont autant d’éléments qui peuvent conduire à une dispute. Quelle que soit l’étincelle qui mets le feu au poudre, il est utile d’avoir certains réflexes pour désamorcer le conflit plutôt que de mettre de l’huile sur le feu.

D’ailleurs, se disputer n’est pas toujours négatif , bien au contraire. Lorsque les désaccords ne se multiplient pas mais permettent à chacun de s’exprimer et de mieux comprendre l’autre , ils deviennent sains.

Il est inévitable de se disputer

Même si ce n’est jamais plaisant, il faut bien se dire une chose : on n’échappe pas aux disputes. Les fratries les plus proches, les couples les plus solides et les amitiés les plus vieilles n’y coupent pas. Que la dispute soit liée à un évènement ponctuel ou à un conflit sous-jacent, elle peut vite dégénérer si on ne prends pas quelques précautions. La première étant de peser ses mots. Dans le feu de l’action, on peut rapidement se laisser submerger par ses émotions et lancer des paroles qui soit a) dépassent notre pensée soit b) sont dites de manière trop brutes. Une parole (trop) blessante est difficile voire parfois impossible à rattraper.

© Warner Bros / Friends

Se disputer c’est communiquer

La dispute est une forme de communication frontale et sèche. Il n’en reste néanmoins qu’elle est la manifestation d’un message que l’on souhaite faire passer à l’autre. Tel un grésillement lors d’une conversation téléphonique, l’agitation et l’émoi réciproque empêchent les deux parties de se comprendre clairement. D’autant plus lorsque chacun chercher à prendre le dessus sur l’autre en prouvant qu’il a raison ou qu’il est dans son bon droit. La plupart du temps, les torts sont partagés et tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Se hurler dessus, même si ça peut parfois faire du bien, n’est pas du tout constructif. Il faut donc apaiser les esprits pour retrouver un climat propice à la conversation, à l’échange.

Se disputer c’est s’exprimer

Il n’est pas facile de formuler ce que l’on ressent à chaud. Pour autant, c’est essentiel de faire comprendre à la personne avec qui on se dispute, ce qui ne va pas. C’est bien son ressenti à soi qu’on exprime. On parle donc à la première personne sans pointer l’autre du doigt. Par exemple : “J’ai l’impression que mon avis ne compte pas” plutôt que “Tu n’en fait qu’à ta tête” ou “C’est toujours toi qui décide de tout”. Si la dispute est la manifestation d’un problème profond et récurent, il peut être opportun de donner un exemple ou deux.

Attention cependant a rester dans une logique constructive. L’idée n’est pas ici de braquer l’autre en dressant la liste de tout ce que vous lui reprochez depuis la nuit des temps !

C’est aussi écouter l’autre

La communication est à double sens. C’est donc tout aussi essentiel d’être écouté que d’écouter l’autre…Et ce n’est pas aussi facile qu’il n’y parait ! Naturellement on aura tendance à interpréter ce que l’on nous dit. Or c’est là qu’il faut être vigilant. Prenez les paroles pour ce qu’elles sont en n’essayez pas de faire des suppositions ou d’y deviner un sens caché. Dans une dispute de couple par exemple si l’un dit “j’aimerais que l’on passe plus de temps ensemble le weekend” cela ne signifie pas ” je veux que tu arrêtes de voir tes amis et d’aller au sport tous les dimanches”. C’est donc une erreur d’interpréter les mots de l’autre, car ce réflexe mène bien souvent à ce qu’on appelle un dialogue…de sourds.

Pour aller de l’avant

Écouter l’autre, c’est prendre conscience de la manière dont il est affecté par la situation. Dans ce dialogue, il est important de respecter la sensibilité de chacun et d’accepter la vision de l’autre même si on ne la partage pas. L’objectif n’étant pas de compter les points ou de savoir qui à raison ou tort mais bien de se mettre à la place de l’autre pour faire les efforts qui s’imposent.
Une dispute est constructive quand elle permet de trouver un compromis et que les deux protagonistes se rencontrent à mi-chemin pour trouver un terrain d’entente. Ainsi, le conflit pourra permettre d’ajuster son comportement si besoin et d’être plus attentifs aux sentiments et aux besoins de l’autre puisque celui-ci a pu les exprimer et qu’on les a entendu… Une bonne dispute permet donc de prévenir voire d’éviter d’autres altercations pour les mêmes raisons. Alors disputons-nous, oui, mais disputons-nous bien !