Mode-Youma

Ceci n’est pas un ananas… enfin si c’en est un mais il est plein de ressources, on vous raconte !

 

Aux philippines, lors des fêtes et cérémonies, la coutume veut que les hommes portent un Barong Tagahong. La matière de ce costume blanc confectionné à base de feuilles d’ananas ressemble à s’y méprendre au cuir animal.

Inspiré par ce vêtement traditionnel, la conceptrice espagnole de produits en cuir,  Carmen Hijosa y a vu l’opportunité de créer un cuir végétal : le Piñatex.

Son entreprise “Ananas anam” travaille avec des cultivateurs d’ananas phillipins. Les feuilles du fruit sont récupérées et traitées avant d’être envoyées en Espagne et en Angleterre au sein d’usines textiles.

Résultat de sept ans de travail en recherche et développement, le Piñatex a donc tout bon. D’un point de vue écologique la récolte des feuilles n’a pas d’impact environnemental puisqu’il n’y pas besoin d’eau, de pesticides ou d’engrais en surplus de ce qui est utilisé pour cultiver le fruit. Et comme “rien ne se perd, tout se transforme”, le reste des matières végétales est transformé en biogaz et en engrais qui seront ensuite utilisés par les agriculteurs phillipins.

Sac Vegamoda en piñatex

 

D’un point de vue économique, le Piñatex est également avantageux.  Les feuilles de 16 ananas sont nécessaires à la fabrication d’un mètre carré de cuir végétal qui coûte environ 23€ contre 25€ à 38€ pour un mètre carré de cuir animal.

Vegan et écorsponsable ? Oui, mais aussi esthétiquement beau. Le Piñatex peut être transformé pour obtenir différents types de texture, il peut également être imprimé. Ce cuir est disponible en quatre couleurs : charbon, naturel, or et marron.

© Ananas Anam

 

Pour la création de ce produit, Carmen Hijosa a été récompensée par le Royal collège of Arts en obtenant le prix de l’innovation matérielle 2016. L’année précédente la PETA lui a remis le prix de l’innovation.